Binaire, de Julie Richoz

L’on pourra partir de ces tapis entrant directement dans la révolution de ce monde véhiculée par Julie Richoz. Ce personnage est issu des plus grandes écoles en la matière, en l’occurrence l’Écal de Lausanne, en la personne de Pierre Chapin. Son œuvre d’art est baptisé Binaire. Il a réussi à rentrer dans l’univers de la raffinerie de Manufacture Cogolin à travers 5 tapis en raphia. Ces derniers sont inspirés des savoir-faire marocains avec une réinvention axée sur la présence d’irrégularité de thème à travers le tissé plat. Ce dernier consiste à réaliser des lés de 50 cm à 3 m de larges. Le métier, la source exploitée dans la conception de ces tapis attribuent à ces réalisations un savoir-faire ancestral dont la designer qualifie de « ancêtre de la programmation ». Le mot « imperfection » est le point de départ du tissage de ces tapis avec comme seules lignes de fil à suivre, les cartons perforés. Le dessin qui ressort et pourtant très équilibré. Il mélange l’authentique avec l’impression graphique accentuée, donnant à l’ensemble un rendu à motifs vibrants. D’ailleurs, c’est  le trait le plus marquant de cette collection, une première vue désordonnée, alors que le fond renferme une vérité cachée, une image à projeter etune élégance qui demande à être découverte.

Circuit

C’est sans doute la réalisation dans cette gamme qui reste le plus inconditionnel. Les puristes apprécieront cette toile qui ne sera jamais déchiffrée par les fins connaisseurs de passage dans leur salon de réception. Les finitions qui animent les bords laissent à penser qu’il s’agit d’un tapis ordinaire. Détrompez-vous ! La cachoterie est l’arme le plus redoutable dans la sélection de cet élément principal dans la décoration.

Code

Le métier se dévoile un peu dans l’analyse de près de ce tapis, mais l’on sera toujours trompé par la signature d’imperfection du tissé plat. Cependant, le rendu final prend des allures de basse lisse à bras. Et c’est justement la beauté de ces pièces. Code est le maitre de la fausse impression, le charme central de Binaire y est bien illustré. Deux savoir-faire induiront en erreur, même les plus passionnés.

Fréquence

Peut-être qu’un petit renforcement de touche artistique est le but fondamental de cette déclinaison dans la gamme Binaire. Ce sera toujours le même savoir-faire, le même tissage, les même matières, mais l’aspect de ce tapis est très dégradé au risque de penser à des métiers autres que le plat. La beauté de Fréquence sera un défi se portant sur la résolution de l’énigme proposée.

Signal

La programmation commence à se matérialiser dans la vue globale de ce tapis. Signal met fort sur l’accent moderne de la gamme Binaire avec des lignes plus ou moins droites dans l’ensemble. Les dégradations et les chevauchements sont peu nombreux. Le Binaire ancré dans cette création est donc assimilable à une suite, toujours cohérente et logique dans l’ensemble.

Bruit

Et enfin, il serait peut-être temps de rapporter le véritable sens de classique dans cette toile et laisser place à la créativité avec ce tapis à de styles uniques. Elle clôture également les produits de collection rentrant dans la gamme Binaire. Et de quelle manière, à dresser dans l’endroit idéal et obtenez l’effet immédiat.